Les joies des cours de salsa débutant

Publié le par L'Avignonienne

Imaginez, imaginez....

salsa-del-mar-4.jpeg

un cours de salsa débutant à Avignon

et bien c'est tout comme à Paris !

 

Et oui, j'avais déjà essayé de commencer à Paris, puis j'ai vite abandonné, pas assez motivée et pas assez de temps pour y consacrer au moins un soir par semaine. Etant donné que j'ai un peu de temps maintenant, je me suis dit que j'allais enfin apprendre la salsa parce que ça m'énerve de ne pas savoir danser aux soirées salsa auxquelles je vais (très occasionnellement quand même) avec des amis.

 

Comme à Paris, ici :

- il y a beaucoup plus de filles que de garçons qui souhaitent apprendre, ce qui fait, qu'en tant que fille, je passe un certain temps à attendre mon tour pour danser, j'aime pas !

 

- c'est toujours une danse un peu collé-serré, et autant avec des amis, ça ne me gêne pas mais avec des inconnus, ce n'est pas pareil... ça me gêne moins avec les gens bien plus âgés (+65 ans) que moi, mais j'ai toujours un petit doute...

 

- au final, j'ai remarqué que dans les cours, l'hygiène était nettement meilleure qu'en soirée salsa, on n'est pas à fond non plus, petits débutants que l'on est, et donc on ne transpire pas trop (bien sûr, il y en a toujours un celui qui a un problème récurrent d'haleine ou de transpiration, mais là on apprend à faire comme dans le métro parisien : l'apnée longue durée !)

 

- et j'ai de la chance, dans mon cours, personne n'a les mains moites, je suis bien tombée car je n'aime pas trop ça !

 

Un conseil : mettez plutôt des chaussures à bouts fermés, comme ça vos pieds sont protégés si l'on vous marche dessus !

 

Deux adresses pour sortir :

le Cubanito

51 Rue Carnot

84000 Avignon  

04 90 86 98 04


et le Bokao's  

9 Boulevard du Rempart Saint-Lazare
84000 Avignon
04 90 82 47 95


Pas encore essayés ni l'un ni l'autre, mais ce sont les deux endroits dont j'ai toujours entendu du bien !

Dixit les Avignonnais, les cours se multiplient comme des petits pains ici, on est en plein dans la vague salsa.

 

J'espère vite progresser et passer ensuite à d'autres danses latino-américaines comme le tango par exemple. C'est comme pour les langues étrangères, j'aimerais bien qu'elle existe, la pilule qu'on avale et ensuite on sait parler japonais couramment ou danser le fox-trot parfaitement, au choix ! On pouvait trouver de telles pilules à la boutique du Palais de Tokyo à Paris, mais malheureusement c'était juste pour rire !

Publié dans Bla bla régional

Commenter cet article